Dès janvier 2018, en Grande Bretagne, les comptes bancaires des migrants africains en situation jugée illégale seront gelés

A partir de janvier 2018, les comptes bancaires déténus par des migrants dont le statut de séjour est jugé illégal en Grande Bretagne, seront gelés conformément à une nouvelle législation adoptée à la fin de l'année 2016. Cette mesure devrait toucher de nombreux Africains, particulièrement des Nigérians ou encore des Ghanéens. 
Cette mesure ne demande pas expressement de geler des comptes, mais elle explique que les banques et les sociétés immobilières, sont désormais tenues de vérifier le statut d'immigration de leurs clients non-britannique. La mesure entre dans le cadre de la politique de la nouvelle première ministre Theresa May (photo), visant à créer un contexte hostile pour les migrants illégaux. 
Dans un message adressé à des Ghanéens résidant en Angleterre, Nana Otuo Acheampo, une consultante bancaire, leur a demandé de commencer à fermer leurs comptes ou alors de transférer ces comptes dans un autre pays. « Vous êtes prévenus. Il faut agir maintenant. Si au plan juridique vous ne pouvez pas prouver que vous vivez légalement en Grande Bretagne, alors fermez vos comptes », a-t-elle déclaré 
Cette affaire est interessante à suivre, car on ignore la masse d'argent que cela peut représenter. Vu d'Afrique, il sera utile de voir si la situation se caractérisera par de transferts significatif de capitaux, une aubaine pour des banques nigériannes et ghanéennes en quête de devises, pour assurer leurs liquidités. 
Mais avant qu'on en arrive là, les contours de la mise en application de cette loi ne constitue pas la chose la mieux partagée. Les banques affirment que le risque de compter des migrants illégaux parmi leurs clientèles est assez faible, car elles procèdent généralement à des vérifications préalables avant l'ouverture de comptes. 
Agenceecofin

Annonces



Nos partenaires