Festival Plateau Jeune Création Libreville : Le journaliste culturel n’est pas moins compétent qu’un autre

 

 

Sous le thème, « le journalisme culturel au service du spectacle vivant en Afrique» Meryll Mezath, Rédactrice en chef de l’édition du samedi (Rédaction de Brazzaville) du groupe de presse, les dépêches de Brazzaville a lancé ce 19 avril 2017 à Libreville, capitale gabonaise, une formation qui s’achèvera le 25 avril prochain.

 

Interrogé par la promotion de la culture au Gabon, parfois en Afrique en général,  il en ressort que ce secteur reste littéralement marginalisé. A qui revient le tort ? Il se retrouve partagé entre les gouvernements africains qui mettent un accent particulier sur les questions politiques d’une part et sur le choix de plusieurs journalistes de ne pas mettre en avant ce domaine, bien qu’il soit parmi les puissants leviers économiques de la société.

 

La formation qui est adressée aux journalistes, étudiants et porteurs de projets en communication culturelle se déroule en marge de la 5eme édition du « Festival Plateau Jeune Création Libreville ».

 

Elle permettra aux participants de mieux appréhender le rôle du journaliste culturel, l’intérêt que ce dernier aurait à se spécialiser. Il leur sera également expliqué ce qu’est un spectacle vivant et comment la presse pourrait servir de relai entre les créations d’artistes et les spectateurs.

 

Selon Meryll Mezath, le journaliste culturel est un expert qui devrait mieux se valoriser car n’étant pas moins compétent que ses confrères des autres secteurs. Il devrait s’activer à donner une information beaucoup plus consistante et juste. Il ne devrait plus seulement s’en tenir aux comptes rendus mais aller au-delà de la simple actualité.

 

Cet homme de médias a la responsabilité de fournir encore plus d’efforts et d’œuvrer dans un environnement qui aujourd’hui est assez austère. Cela relève des nombreux défis auxquels il doit faire face.

Les acteurs culturels du Gabon quant à eux se plaignent de l’apparente inattention que  leur vouent les médias à côté des stratégies gouvernementales qui restent inadaptées à leurs besoins.

 

Pour Madame Carole Dimas, danseuse professionnelle et Promotrice de  la plateforme IDG-Infos danse Gabon, les journalistes culturels devraient se rapprocher des acteurs culturels afin de mieux comprendre leur philosophie et aider ces derniers à rendre le langage de l’art et de la culture accessible au public.

 

Prenant son exemple avec le talentueux artiste Dieudonné Niangouna, la Rédactrice en chef de l’édition du samedi, des dépêches de Brazzaville, également Entrepreneur dans la Mode et Présentatrice de télévision, a invité les journalistes culturels à être des porte-voix des artistes auprès des dirigeants en ce qui concerne les politiques de développement de ce secteur.

 

ZE Hardy Shéryl

 

 

 

Annonces

NewsLetter

Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter



Nos partenaires