La remontée du dollar apporte de bonnes et de mauvaises nouvelles aux pays de la zone CFA

Face au francs CFA, le dollar américain est reparti à la hausse entre le 5 septembre et le 5 octobre 2017. Cette progression de la devise américaine, n'est pas anodine, car elle marque la fin d'une période de recul face à la monnaie commune de l'UEMOA et de la CEMAC. 
Même si le dollar constitue la principale devise dans le panier des réserves de change de ces zones économiques, les évolutions de notre monnaie commune dépendent peu des économies qui l'utilisent, mais plutôt de paramètres de contrepartie extérieure, notamment l'euro, devise à laquelle est arrimé le FCFA par des accords historiques. 
L’arrimage à l’euro, principal facteur de la situation

 
Le principal facteur qui encadre ce repli du CFA face au dollar demeure donc son arrimage à l'euro. Cette devise européenne porte la monnaie africaine vers le haut lorsqu’elle progresse et vers le bas lorsqu’elle régresse. Or l'euro a fait l’objet de plusieurs stress de conjoncture ces dernières semaines.
Les récentes élections en Allemagne n’ont pas désigné une majorité franche. Un gouvernement de compromis risque d’alourdir la politique nationale et européenne de Mme Merkel. Plus récemment, le vote en faveur du «  oui » pour l'autonomie de la Catalogne, poumon économique de l'Espagne, améne une incertitude supplémentaire sur la devise européenne.
A côté de cela, et malgré les politiques jugées erratiques du président américain Donald Trump, sa promesse d'obtenir une validation de sa stratégie d’avantages fiscaux, et l'annonce par la banque centrale des Etats-Unis de procéder à plusieurs augmentations de ses taux directeurs au cours de l'année à venir, pousse le marché à se constituer des réserves de dollars avant qu’il ne devienne trop cher, lui faisant prendre de la valeur. 
Bonnes ou mauvaises nouvelles pour les pays de la zone CFA ?
Pour les pays de la zone CFA, cette progression du dollar est une situation dont les impacts possibles seraient doubles, si la situation se poursuivait.
La mauvaise nouvelle, c'est que leurs services de dette souveraine (internationale) risquent de se renchérir, car il leur faudra mobiliser plus de ressources pour couvrir les besoin de remboursement vis-à-vis de leurs créanciers.
La bonne nouvelle, c'est que, malgré des prix de matières premières toujours bas, une hausse du Dollar américain permet d'anticiper une augmentation sensible de la valeur en FCFA des revenus en devises locales au sein des économies concernées. Mais les experts estiment cependant qu'il faut se garder de toute anticipation hâtive.
On a pu noter, que les revenus des exportations de l’UEMOA ont reculé de 1,2% entre le premier et le deuxième trimestre 2017, plombés par une baisse de 10,2% des revenus du cacao ivoirien. En Afrique Centrale, les pays dont les revenus d'exportation dépendent majoritairement de la vente de pétrole doivent encore faire face à des prix du baril en deçà de ceux d'avant 2014, au moment du boom pétrolier. Toute chose qui pourrait diluer l’effet de hausse du dollar. 
Au-delà de cette hausse du dollar, constatée depuis un mois, le Franc CFA est encore dans une position de hausse sur la devise américaine, depuis le premier janvier 2017. Selon les analystes d'Ecobank Research, ce gain est de 10,8% pour la zone CEMAC et de 10,6% pour la zone UEMOA. Dans l’actualité récente, on apprenait que l’Euro s’est presque de nouveau équilibré avec sa concurrente américaine.
Agenceecofin

Annonces



Nos partenaires