Le sous-sol angolais héberge plus d’un milliard de carats de diamants

Selon les résultats d’une étude réalisée par le russe Alrosa et la compagnie de diamants de l’Angola, Endiama, le pays dispose d’une ressource totale de plus d’1 milliard de carats de diamants. L’information, relayée par macauhub, a été annoncée vendredi à Luanda, par Victor Ustinov, directeur adjoint de l’unité de prospection géologique de la compagnie russe.
 
Du total de 1 milliard de carats, 950 millions seraient contenus dans des kimberlites (la plupart localisées dans le Nord-Est) et au moins 50 millions dans des alluvions.
 
M. Ustinov a précisé que l’estimation pourrait atteindre 1,5 milliard de carats si des études supplémentaires sont effectuées pour en apprendre davantage sur le potentiel du pays Sud-Ouest africain.
La présente étude a été réalisée dans le cadre d’un accord de coopération entre Alrosa et Endiama, qui porte sur la recherche scientifique, la prospection et l’exploitation de nouveaux gisements de diamants. Menée par des géologues angolais et russes, elle a permis de diviser le territoire angolais en quatre zones, selon leurs potentiels en diamants.
 
En 2016, l’Angola a produit 9 millions de carats de diamants, 7 millions provenant de sa plus grande mine, Catoca, gérée par la Sociedade Mineira de Catoca dans la province de Lunda Sud.
Hormis ce projet, citons également le projet Lulo, sur lequel Lucapa Diamond et ses partenaires ont récupéré en février 2016, le plus gros diamant de l’histoire du pays, une pierre de 404 carats appelée «4th February Stone».
 
agenceecofin

Annonces

NewsLetter

Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter



Nos partenaires