Lutte contre la polio : Bill et Melinda Gates s’engagent à rembourser au Japon la dette du Nigeria

La fondation Bill et Melinda Gates vient de prendre une importante décision, dans le cadre de la lutte contre la poliomyélite au Nigeria. La fondation remboursera un prêt de 76 millions de dollars, fourni en 2014 par le Japon à la plus grande économie d’Afrique. Le remboursement qui devrait commencer, cette année, s’étalera sur une période de 20 ans.

Cette décision des Gates est motivée par les progrès effectués par le Nigeria en matière d’éradication de cette maladie qui, jusque-là, est restée sans remède.

En 2012, le Nigeria abritait plus de la moitié des cas de polio dans le monde.

Les percées notables, en particulier celles réalisées au cours de la dernière décennie, ont permis de réduire le nombre de cas annuels de quelques centaines à des dizaines. Depuis 2014, seulement 10 cas ont été confirmés dans le pays, selon les données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Aucun nouveau cas n'a été enregistré en 2017.

Une amélioration rendue possible grâce aux efforts fournis par les autorités fédérales, étatiques, ainsi que les partenaires. Le Nigeria a atteint l’objectif de 80% de couverture vaccinale, chaque année, dans les zones à risques du pays, dans un climat sécuritaire difficile. Malgré les avancées de l’armée nigériane dans la lutte contre la secte islamique Boko Haram, plusieurs localités du Nord demeurent encore inaccessibles aux agents de santé.

Le soutien de la Fondation Gates arrive au moment opportun. L’économie nigériane commence à peine à se remettre de sa première récession, depuis plus de deux décennies. Dans l'ensemble du pays, les gouvernements des Etats doivent encore se battre pour mobiliser les ressources nécessaires à l’exécution des dépenses susceptibles de remettre le pays tout entier sur la bonne voie. Le gouvernement fédéral, avec un nouveau budget record cette année, doit faire face à un service de la dette qui avoisine la moitié de ses recettes et, dans le même temps, combler son déficit en empruntant à l'extérieur. 

Agenceecofin



Nos partenaires