Selon la Banque mondiale, le Sénégal traîne dans la mise en place de l’économie numérique

Le 05 mars 2018, le ministre sénégalais des Postes et Télécommunications, Abdoulaye Bibi Baldé (photo), a présidé un atelier de prospective sur l’économie numérique. Durant la réunion au cours de laquelle les forces et faiblesses du Sénégal ont été évaluées par rapport aux meilleures pratiques internationales, il est ressorti que le pays est encore à la traîne.

 Actuellement, le Sénégal est classé 132ème sur 150 pays, pour ce qui est de l’indice de connectivité mobile de l’Association mondiale des opérateurs de téléphonie mobile (GSMA). Il est aussi 142ème sur 176 pays pour  l’indice mondial de développement des TIC de l’Union internationale des télécommunications (UIT). Ces mauvaises positions découlent de la faible pénétration du haut débit mobile au Sénégal, avec des prix élevés, et d’une importante fracture numérique entre les quartiers de Dakar, entre Dakar et les autres villes, entre les villes et la zone rurale. 

Selon Jérôme Bezzina, le chargé des TIC à la Banque mondiale, le Sénégal doit revoir la gestion et la distribution des fréquences, car « la 4G requiert beaucoup de fréquences ». Il a aussi plaidé pour la mise en place d’un Conseil national du numérique (CNN), « essentiel, parce qu’aujourd’hui, il y a beaucoup d’institutions, d’organismes qui gèrent le secteur, mais il y a un manque de cohérence globale dans la mise en œuvre des politiques sectorielles et de prise en compte des contraintes des différents acteurs, notamment les acteurs privés ».

Pour Louise Cord, la directrice du bureau régional de la Banque mondiale, qui a également pris part à l’atelier, « les technologies numériques peuvent stimuler le développement et transformer les économies avec une vitesse et une ampleur sans précédent ». Il est donc important, à cet effet, que le Sénégal accélère son « saut numérique ». Elle a reconnu, cependant, que le pays a fait de nombreux efforts, notamment avec l’ouverture de son marché internet à de nouveaux acteurs. 

Pour le ministre Abdoulaye Bibi Baldé, l’économie numérique se porte plutôt bien au Sénégal. « Sa part du PIB est autour de 8% et nous voulons atteindre plus de 10%, à l'horizon 2025, et créer plus de 20 000 emplois et ainsi atteindre les 12%, donc c'est dynamique et le contexte le montre, puisque nous préparons l’axe 2 du Plan Sénégal émergent, et cet atelier est venu à son heure », s’est réjoui le patron du secteur des télécoms.

Agenceecofin



Nos partenaires