L’Afrique subsaharienne connaîtra une forte demande pour les céréales, la viande et le poisson, d’ici 2027

L’Afrique subsaharienne (ASS) sera la partie du monde qui connaîtra la plus forte croissance pour la consommation de céréales, de viande et de poisson sur la prochaine décennie. C’est ce que suggèrent les nouvelles « Perspectives agricoles de l’OCDE et de la FAO » portant sur 2018‑2027.

Selon le rapport, alors que la consommation mondiale per capita n’augmentera que de 2%, témoignant d’une tendance de saturation de la demande dans de nombreuses régions du monde, celle de l’ASS affichera une progression de 6%, sur la période de projection.

Cette dynamique traduisant l’importance des céréales dans les habitudes alimentaires, sera tirée principalement par l’accroissement de la population de la région, prévu se chiffrer à 32 millions de personnes par an, d’ici 2027.

L’ASS aura ainsi besoin d’un volume additionnel de 18,4 millions de tonnes de maïs, soit la moitié du volume mondial prévu pour être consommé sur cette échéance.   

S’agissant du poisson et de la viande, la consommation totale de l’ASS sera exclusivement portée par une augmentation soutenue de la population et connaîtra un bond de 28%, chiffre qui reste supérieur à la valeur mondiale (15%).

Pendant ce temps, les consommations moyennes de poisson et de viande par habitant, qui sont déjà parmi les plus faibles du monde (8-9kg contre 11kg) devraient encore connaître une baisse de 3%, d’ici 2027.  

Pour rappel, l’Afrique australe est la principale consommatrice de viande par tête de l’ASS avec des têtes de pont comme l’Afrique du Sud, la Namibie et le Botswana.

L’activité de pêche de la région ne fournit que 7% de la production mondiale.

agenceecofin



Nos partenaires