La Raison Pour Laquelle l’IPhone 6 Devrait être Un Franc Succès

Un graphique de la banque Morgan Stanley dévoile la répartition, en pourcentage, des différents modèles d’iPhone chez les consommateurs américains. Des données qui ont de quoi rassurer Apple à quelques mois de la sortie de l’iPhone 6...

 

Si Apple se cherche toujours une vie après l’iPhone , la firme de Cupertino continue d’être portée par les ventes faramineuses de son modèle phare, représentant encore plus de la moitié de son chiffre d’affaires à l’heure actuelle. Au second trimestre de son exercice 2013-2014, Apple en a écoulé 43,2 millions d’exemplaires, un chiffre largement supérieur aux prévisions du marché. De quoi faire semble-t-il oublier à ce dernier le coup de pompe des ventes d’iPad , puisqu’en une semaine, le titre d’Apple s’est apprécié de près de 13% en Bourse.

Mais cet optimisme des analystes seraient aussi dû à la commercialisation à venir de l’iPhone 6 , dont la sortie est attendue pour la rentrée prochaine . En effet, beaucoup d’entre eux anticipent de fortes ventes. La raison ? Près de la moitié des ménages américains équipés d’iPhone détiennent un modèle déjà vieux d’au moins trois ans, ainsi que l’illustre ce graphique réalisé par la banque américaine Morgan Stanley, comme le rapporte « Business Insider » .
Cycles de vie courts

Recoupant les données des quatre principaux opérateurs télécoms aux Etats-Unis - principal marché d’Apple - que sont Verizon, AT&T, Sprint et T-Mobile, il apparaît que près de 50% des utilisateurs des smartphones de la firme de Cupertino sont équipés d’un iPhone 4, ou d’un iPhone 4S respectivement sortis en 2010 et 2011. Chez Verizon, 56% des clients, utilisant un smartphone de chez Apple, sont équipés d’un Iphone 4 ou d’un iPhone 4S, contre 17% pour un iPhone 5C ou un iPhone 5S . Sans compter que quelques utilisateurs possèdent encore un iPhone 3GS, sorti en 2009, voire des modèles encore plus anciens.

Or, les iPhone ont des cycles de vie relativement courts - Apple est par ailleurs régulièrement taxé de programmer l’obsolescence de ses produits - puisqu’ils sont notamment très vite retirés du commerce (l’iPhone 4 et l’iPhone 5 ne sont plus disponibles dans le catalogue d’Apple), ne bénéficient rapidement plus des mises à jour et autres améliorations du système d’exploitation IOS...

Conséquence, les analystes américains s’attendraient à ce qu’une grande partie des détenteurs de « vieux » iPhone se rue sur le futur modèle commercialisé par Apple à la rentrée. Et anticipent donc un succès massif de l’iPhone 6.

 

source:lesechos.fr

Annonces

NewsLetter

Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter



Nos partenaires