Le Rwanda, actuellement classé 41ième mondial, lance de nouvelles réformes afin de grimper encore dans le classement «Doing Business» (Banque Mondiale)

Avec l’échéance imminente pour l’examen des réformes « Doing Business » de la Banque mondiale, le gouvernement met en place des réformes dans trois secteurs pour améliorer l’écosystème des entreprises.

Les trois réformes visent à réduire la bureaucratie dans la construction, à assurer une fourniture d’électricité en temps opportun pour les investisseurs et à réduire le temps que les exportateurs passent à la douane.

À la lumière des réformes, le « Rwanda Energy Group » (REG) a mis en place une charte client, garantissant aux investisseurs une connexion au réseau national en moins de 20 jours, contre 34 actuellement.

Les clients de REG peuvent également postuler en ligne pour se connecter au réseau national, selon un communiqué.

Pour simplifier l’achat des équipements nécessaires à la connexion électrique tels que les transformateurs et les câbles, REG a mis en place des mécanismes afin de travailler avec les fournisseurs autorisés et de réduire les coûts d’importation des équipements tout en assurant leur qualité.

Le « Rwanda Utilities Regulatory Agency »  (RURA) a également mis en place des directives régissant les pannes d’électricité aux industries en imposant des sanctions sur les pannes d’électricité qui durent plus de dix minutes.

Ces réformes pourraient servir à améliorer le classement du Rwanda en matière d’électricité là où le pays se classe au 119e rang mondial.

Pour faciliter les défis dans le secteur de la construction, des réformes ont été introduites pour réduire la bureaucratie dans l’obtention de permis de construire.

Une approche basée sur le risque dans l’évaluation de l’impact environnemental (EIE) des projets est maintenant en place, ainsi que l’exemption de projets de construction spécifiques de mener des études géotechniques avant le début des travaux.

En outre, dans le cadre des réformes, les entreprises ne seront plus tenues d’indiquer la date de début de la construction avant d’avoir obtenu un permis de construction.

Ces réformes réduiront le coût et la durée des projets de construction au Rwanda.

L’indicateur figurait au 112ème rang mondial dans le dernier rapport « Doing Business » de la Banque mondiale.

Les réformes faciliteront également les procédures d’exportation, dans le cadre desquelles les exportateurs pourront désormais obtenir des certificats d’origine en ligne et déposer une demande de certificat phytosanitaire auprès du Ministère de l’agriculture et de l’élevage en ligne.

Ceci est destiné à faciliter les entreprises qui exportent du thé, du café et d’autres produits agricoles.

Commentant les réformes, Clare Akamanzi, directrice de RDB général, a déclaré qu’ils allaient introduire de nouvelles règles dans des domaines tels que le droit de l’insolvabilité, l’exécution des contrats et la surveillance du crédit.

Les réformes pourraient voir le Rwanda monter encore dans le classement « Doing Business Report » de la Banque mondiale où le pays se classe 41ème mondial et deuxième en Afrique.

L’année dernière, le Rwanda a augmenté de 15 places dans le Rapport Doing Business 2018 de la Banque mondiale pour figurer en position 41 à l’échelle mondiale. Le Rwanda se classait en deuxième position sur le continent africain, juste derrière Maurice.

Le rapport annuel se concentre sur 11 domaines principaux qui affectent les affaires, y compris; la facilité de démarrer une entreprise, d’obtenir des permis de construire, d’obtenir de l’électricité, d’enregistrer des biens, d’obtenir du crédit, de protéger les investisseurs minoritaires, de payer des impôts, d’effectuer des transactions transfrontalières et de résoudre des faillites.

Panoractu

 



Nos partenaires