Les prix du cacao ivoirien et ghanéen s’envolent sur le marché physique européen

En Europe, les prix du cacao en provenance de la Côte d’Ivoire et du Ghana ont augmenté significativement sur le marché physique, sur fond d’inquiétudes croissantes sur l’approvisionnement en matières premières de la région ouest-africaine.
D’après Reuters, la prime de qualité obtenue par la fève ghanéenne a atteint 200 livres par tonne tandis que la même quantité de cacao ivoirien de première qualité bénéficiait d’un tarif en hausse de 85 livres, par rapport aux prix appliqués sur le marché, à terme.
Selon certaines sources, de nombreux négociants s’arrachent les fèves sur le marché physique en raison du recul de l’offre du bassin ouest-africain principalement lié aux contreperformances de la Côte d’Ivoire et du Ghana.
Le malaise est exacerbé, selon Reuters, par la mauvaise opération du Conseil du Café-Cacao qui a vendu 170 000 tonnes de cacao de plus que prévu, mettant ainsi les exportateurs en porte-à-faux vis à vis de leurs clients.
Face à cette pression, Reuters indique que de nombreux acteurs pourraient se tourner vers le Cameroun, en dépit des préoccupations liées à la qualité et à l’ancienneté du cacao acheminé sur le marché. 
Pour rappel, les dernières prévisions de l’Organisation internationale du cacao (Icco) indiquent un surplus de cacao de 105 000 tonnes pour la saison 2017/2018, un volume en retrait par rapport aux 300 000 tonnes de la campagne 2016/2017.
Agenceecofin



Nos partenaires