Maroc: la Banque centrale donne son feu vert à la création de cinq banques islamiques

La Banque centrale marocaine a annoncé, dans un communiqué publié le 2 janvier, avoir accordé des agréments à cinq nouvelles banques islamiques et autorisé trois établissements existants à ouvrir des fenêtres halal.

Les cinq demandes d’agrément ayant reçu un avis favorable de la part du comité des établissements du crédit relevant de Bank Al-Maghrib ont été déposé par le Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH Bank) en partenariat avec la Qatar International Islamic Bank, BMCE Bank of Africa conjointement avec le groupe bahreïni Dalla Al Baraka, la Banque Centrale Populaire avec Guidance Financial Group (une filiale du fonds souverain Qatari Barwa), Crédit Agricole du Maroc avec la Société islamique pour le développement du secteur privé (SID filiale de la Banque islamique de développement), et Attijariwafa Bank, qui est toujours en discussion pour le choix d’un partenaire étranger, a-t-on précisé de même source.

«Le comité des établissements du crédit a émis cet avis favorable après étude et analyse de ces dossiers, notamment au plan de l'actionnariat, de la valeur ajoutée au marché marocain, de la gouvernance et des risques, et à la lumière des informations complémentaires demandées aux différents postulants», a expliqué Bank Al-Maghrib dans son communiqué.

Les banques ayant reçu le feu vert de la Banque centrale pour l’ouverture de fenêtres islamiques sont la Banque Marocaine du Commerce et de l’Industrie (BMCI), le Crédit du Maroc et la filiale marocaine du groupe Société Générale.

Selon une récente enquête réalisée par l’agence Reuters, l’Institut islamique de recherche et de formation rattaché à la Banque islamique de développement (BID), et le cabinet conseil Zawya, 98% des Marocains ont manifesté leur intérêt pour les produits bancaires islamiques.

Cette enquête menée auprès d’un échantillon représentatif de 800 personnes âgées de 18 à 55 ans a révélé que 84% des Marocains intéressés par les produits bancaires islamiques souhaitent que ces produits soient moins coûteux que ceux offerts par les banques traditionnelles. 43% des sondés ont cependant affirmé qu’ils ouvriraient des comptes bancaires auprès des établissements islamiques, même si les produits bancaires halal s’avèrent plus chers que les services bancaires traditionnels. Plus catégoriques, 30% ont déclaré qu’ils n’utiliseront plus que des produits financiers islamiques. 

Agenceecofin

Annonces



Nos partenaires