Yohann Moussadji, un acteur majeur de l’écosystème des affaires au Gabon

Aujourd’hui plus que jamais, les investissements sont devenus un outil incontournable pour le développement économique de tout pays.

Pour apporter sa pierre au développement du secteur des affaires de son pays,  Yohann Emeryc Moussadji Nzamba, lui a choisi de faire de l’intermédiation d’affaires  depuis 2012. Une activité économique très bénéfique mais encore peu connue ou simplement très peu valorisée au Gabon.  

« Ma mission est de susciter la prise de conscience des gabonais face aux opportunités que représente l’intermédiation », dit-il.

Ex agent de l’agence de communication ACI (Agence de Communication et d’Informations) et diplômé de l’International business School de Dakar, Yohann a choisi pour le meilleur et pour le pire de vendre les atouts de son pays à l’international. Il est Marié et père de quatre enfants.

En véritable globe-trotter, Yohann a daigné parcourir en premier le Gabon profond. Ce qui lui vaut aujourd’hui une véritable connaissance des richesses naturelles et autres ressources que regorge son pays, et qui ne demandent qu’à être valorisées.

« L’intermédiation nécessite une bonne maîtrise des marchés  nationaux et internationaux.», aime-t-il à préciser.

Les Etats-Unis, le Congo, l’Afrique du Sud, la Tunisie, l’Arabie Saoudite, la Turquie c’est là quelques pays dans lesquels Yohann a présenté les opportunités d’affaires de son Gabon natal.

En juillet 2013 d’ailleurs, son intervention a favorisé une visite de prospection d’investisseurs turcs dans ce pays.

Suite à la crise économique qui le frappe de plein fouet, le Gabon a opté pour une véritable diversification de son économie. De ce fait, plusieurs acteurs et initiatives sont entrés en scène.

Des organisations telles que l’ANPI, le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), un ministère dédié à l’entrepreneuriat national et un autre au commerce et aux investissements privés.

 

Ceci c’est sans compter les diverses opportunités de financement via les incubateurs d’entreprises et de porteurs de projets et bien d’autres organisations et initiatives dédiés.

Selon Yohann, actuellement le Gabon ne profite que très peu ou quasiment pas des opportunités d’affaires qui sont mises à sa disposition.

« Le Gabon doit savoir se promouvoir afin de mieux bénéficier des échanges gagnant-gagnant avec les différents investisseurs internationaux », recommande-t-il.  

Pour sa part, il s’est engagé à mettre à la disposition de l’Etat gabonais et du secteur privé, son expérience en termes de conseils, coaching, information et orientation sur le concept de l’intermédiation.

 

Son plus grand souhait reste que les partenariats public-privés soient effectifs et redynamisés afin de prendre en compte toutes les parties prenantes de l’économie nationale.

ZE Hardy

Annonces

NewsLetter

Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter



Nos partenaires