Top 4 pour bien se préparer quand on est entrepreneur et que l’on va être parent

Vous attendez un heureux événement : vous allez être maman ou papa. Toutes mes félicitations !

Vous avez sans doute entendu parler congés parentaux quand vous étiez salariés, jours de congés supplémentaires, ....

 

Plusieurs points changent quand vous êtes entrepreneur-euse et que vous allez devenir parent.

Voyons ensemble les 4 points que vous devez bien préparer avant l’arrivée de bébé.

Point 1 - Bien vérifier ses droits sociaux

Un entrepreneur a-t-il droit à des congés parentaux ? et si oui, combien de jours a-t-on le droit de prendre quand on est entrepreneur ?

 

Pour les futurs papas

Si vous avez été salarié, vous profitiez avant d’un cumul de deux droits : les jours proposés pour la naissance de votre enfant, et les jours du congé de parentalité.



Pour les papas

3 jours + 11 jours

Pour les mamans

avant l'accouchement : 6 semaines, après l’accouchement : 10 semaines



(des variations existent suivant le nombre d’enfants)



Ce n’est plus le cas depuis que vous êtes entrepreneur.

 

Je suis entrepreneur, et je n’ai aucun droit pour la naissance de mon enfant ?!

Je vous rassure, vous avez bien le droit aux congés parentaux, sous certaines conditions :

 

Affiliation au RSI (indépendant ou auto-entrepreneur)

Si vous êtes affilié au RSI, par exemple, vous devez envoyer plusieurs documents, dont une déclaration sur l’honneur, à l’organisme conventionné dont vous dépendez.

 

Pour les papas

  • Vous avez le droit à 11 jours consécutifs

  • Vous ne devez pas travailler durant cette période

  • Vous devez les prendre dans les 4 mois après la naissance de votre enfant



Vous aurez droit non pas à une compensation de salaire, mais des indemnités journalières qui seront versées sous 4 mois après le début du congé de paternité.

 

Revenu annuel > à 3 806.80 euros

Revenu annuel < à 3 806.80 euros

Montant par jour

53,74 € par jour

5,374 € par jour

Naissance ou adoption

591,14 € pour 11 jours d'arrêt

59,11 € pour 11 jours d'arrêt

Naissance ou adoption multiples

967,32 € pour 18 jours d'arrêt

96,73 € pour 18 jours d'arrêt

Tableau tiré du site du rsi pour les congés parentaux



Pour les mamans

Vous devez justifier d’au moins 44 jours d’arrêt consécutif (Ce qui est une période d’absence très longue pour l’entreprise).

 

En détail, il faut au moins justifier de 30 jours d’arrêt consécutifs avant la date de l’accouchement prévu, et de 14 jours consécutifs d’arrêt au minimum après la date d’accouchement prévue.

 

S’ajoute aussi une allocation de repos maternelle. Elle vous sera versée à la fin du 7eme mois de grossesse.

 

Attention, tout comme pour les papas, les prestations maternités sont soumises à condition de revenus. Le montant versé peut baisser de 10% des montants habituels.



Au 13 juin dernier, la ministre Marlène Schiappa proposait un congé maternité unique pour toutes les femmes (quid pour les hommes ?). Affaire à suivre de très près.

En SAS ou SASU

Si vous avez choisi la sas ou la sasu, vous êtes assimilé salarié. Vous n’avez pas tous les droits d’un salarié (ça serait trop beau), et pourtant vous bénéficiez du régime général de protection sociale.

 

Attention, ici, il existe une subtilité qu’il faut bien prendre en compte.

Souvent, dans les jeux d’équilibrage de charges, vus avec le comptable le plus souvent, l’entrepreneur peut chercher à ne pas se rémunérer.

 

Or, vu qu’il ne se verse aucune forme de rémunération (qu’il soit minoritaire ou bien majoritaire, voire président), et donc qu’il ne paie pas de cotisation :

 

Citation : L’entrepreneur ne bénéficie pas de protection sociale.

 

Assurez-vous donc que vous vous êtes bien versé un salaire, et ce, fréquemment.

 

Point 2 - Prévenir ses clients, ses fournisseurs

Que vous soyiez seul dans votre entreprise ou bien avec des salariés, il est important que vous préveniez vos clients et fournisseurs de l’arrivée de cet heureux événement.

 

Beaucoup l’accueilleront avec joie, et c’est la réaction la plus normale que l’on attend à ce moment là.

 

Et pourtant, certains clients vont être complètement affolés à l’idée de votre absence.

Que ce soit 11 jours pour les papas, ou bien 44 jours consécutifs cette durée peut avoir un réel impact sur votre entreprise.

 

Ces jours, pour un client, ça peut être très difficile à encaisser.

Un projet qui devait être livré à une date que vous aviez fixée avec le client voilà trois mois, et le projet se décale de nombreux jours (voir semaines !).

Des commandes qui vont se retarder d’autant de jours, et ce sont les clients qui ne pourront pas vendre non plus.

 

Que dire des fournisseurs ?

Dans l’informatique, par exemple, c’est moins gênant. Mais dans d’autres secteurs d’activité : la restauration, la boulangerie, par exemple, ça peut devenir vraiment bloquant.

(La farine devait être livrée exactement à la date où vous aviez prévu de prendre votre congé parental.)

Anticiper l’absence

Plutôt que de laisser vos clients et vos fournisseurs dans la surprise de votre absence, je vous conseille de les prévenir le plus tôt possible.

 

Vous avez au moins 7-8 mois (dans plus de 90% des cas), où vous pouvez vous préparez et donc prévenir vos clients.

 

Mais surtout, ne reportez pas ça après le 8° mois ! Car dépassé les 8 mois, les chances de naissance de bébé augmentent avec les jours qui avancent.

 

A trop procrastiner, vous risquez de ne pas avoir le temps de prévenir vos clients et vos fournisseurs à temps.

 

De là, à travailler durant votre congé parental… Normalement, vous avez déclaré sur l’honneur votre arrêt temporaire d’activité.

Et puis, n’oublions pas que ce moment est pour vous, votre conjoint(e), et votre enfant …

Penser à la reprise

Une fois les congés passés, vous allez devoir reprendre votre activité comme si de rien n’était.

Et ce n’est pas une simple affaire.

 

L’accouchement vous aura sans doute épuisé.

Les premiers jours auront ajouté de la fatigue à la fatigue générale.

Le premier mois passé, ça sera une première victoire …

Jusqu’à ce qu’il fasse ses nuits ….

 

Et quand il sera malade, vous ferez comment ?

 

Bref, il va falloir anticiper toutes ces absences. Et ne surtout pas croire que l’accouchement passé vous pourrez être opérationnel rapidement.

 

Vos clients, vos fournisseurs seront toujours là, eux, et ils attendront pourtant de vous une présence exemplaire !

Point 3 - Se préparer à la perte de sommeil

C’est connu, nous les entrepreneurs, nous ne dormons pas beaucoup, et moins que la majeure partie de la population.

Les causes sont multiples : surcharge de travail, stress, organisation difficile, …

 

Bien souvent, nous sommes bien fatigués. Et l’on ose l’avouer que lorsque l’épuisement est déjà bien présent.

 

Avez-vous entendu parler du burnout de l’entrepreneur ?

Bien sûr vous n’en êtes pas là …

 

Et pourtant, il faut le reconnaître : entreprendre demande de l’énergie, beaucoup d’énergie !

 

Penser qu’un enfant vous laissera bien dormir est une … folie !

La naissance d’un enfant

Plus les mois avancent, plus la grossesse va venir perturber votre sommeil.

Madame ou Monsieur auront des difficultés croissante à dormir .

 

L’accouchement est souvent une rude épreuve pour le sommeil : on dort peu ou pas du tout.

 

Les premiers mois sont difficiles : il faut être présent à 100% pour son enfant. Nourrir bébé, lui changer ses couches, l’aider à s’endormir, le cajoler, …

Le sommeil devient alors très fractionné, voire un luxe !

Bien se préparer

Mais alors, comment bien se préparer à cette perte forte de sommeil ?

 

Déjà, en discutant ensemble, avant la naissance de bébé. Il va falloir s’organiser à deux, pour arriver à fonctionner à trois dans peu de temps !

 

Dites-vous que vous allez passer en mode projet :

  • De quelles ressources vous avez besoin ?

    • matériels (biberons, couches, etc)

    • humaines (vous deux, grands-parents, nounous, …)

  • Quel est le budget ?

  • Quel est le meilleur mode de gestion du projet ? (agile, cycle en V, kanban, …)

  • Quel planning établir ? (qui change les couches, quand, qui donne le biberon, monsieur aidera-t-il pour emmener bébé au sein ?, ...)

  • Dans votre planning, incluez les temps de pause, de repos

 

Et surtout réévaluez fréquemment votre planning : votre bébé grandira, il faudra s’y adapter (les tétés seront plus espacées, le sommeil différent, …)

Point 4 - S’assurer que vos salariés soient prêts pour votre absence

 

Si vous avez des salariés, savez-vous s’ils sont assez autonomes pour fonctionner sans vous ?

 

Dans une entreprise de plus de 20-30 salariés, la question se pose sans doute moins, et pourtant, il faut s’assurer que tout ne dépende pas de vous.

 

Car si vous partez, l’entreprise risque de se retrouver en difficulté.

 

Etablir un plan d’action

Pour tout projet, avec un objectif clair, je vous invite à établir un plan d’action de ce qu’il faut faire pour bien préparer vos salariés.

 

  • Quel est l’objectif ?

    • Que vos salariés soient autonomes en votre absence

  • Quelle est la date butoire ?

    • Fixez-la à 7 mois après le début de grossesse (que ça soit pour monsieur, ou madame, vous allez tous les deux être moins présents)

  • Quelles ressources ?

    • Vos salariés, c’est certain. Peut-être voir avec un coach, un prestataire pour vous aider dans l’amélioration de vos processus ?

  • Quelles jalons ?

    • un premier test pour simuler ?

    • un second pour valider ?

    • des formations de prévues ?

    • ...

Tester une première fois

Vous avez 7 à 8 mois environ pour vous préparer et pour préparer vos salariés.

 

Ainsi, pensez par exemple à tester le fonctionnement de votre entreprise sans vous (par exemple une semaine ou deux).

 

  • Vous prévenez vos salariés de votre futur absence.

  • Et vous les informez que vous allez être présent dans l’entreprise, mais non accessible

    • Vous allez devenir un détective pour vérifier tout ce qu’il va se passer, sans vous.

    • Ainsi, lors du prochain test, vous serez plus opérationnel (vous et vos salariés)

Une FAQ

Sur de nombreux sites internet qui vendent des produits en ligne, l’on trouve une FAQ (foire aux questions).

 

Pensez à rédiger avec vos salariés une FAQ pour répondre à toutes les questions / demandes récurrentes.

 

Cette FAQ sera mise en ligne, et sera accessible et modifiable par tous vos salariés.




__________________________________________________________________

 

A propos de l’auteur :

Je suis Evan BOISSONNOT. J’ai créé une entreprise qui a duré presque 8 ans. J’ai eu à gérer une équipe de 15 salariés.

Je suis père d’un enfant de 4 ans et j’ai vécu les hauts et bas de la parentalité lorsqu’on est aussi entrepreneur.

 

J’ai créé un site pour aider et fédérer les parents qui entreprennent.

 

Annonces

NewsLetter

Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter



Nos partenaires