ASBANK, le prêt de matériel aux agriculteurs contre un pourcentage sur leurs productions

Dites nous deux mots sur les fondateurs et comment l’idée leur est venue :

Le fondateur, un jeune de 23 ans très ambitieux et dynamique. Il a bénéficié d’une formation en entrepreneuriat agricole ainsi que des stages au sein des projets comme le PARPED (sous-Programme Augmentation de Revenu et Promotion de l’Emploi Décent). C’est un jeune doté d’un esprit très imaginatif; par ailleurs il a participé au concours startupper Total Burkina Faso en 2016 avec son projet « conversion du gaz carbonique en gaz butane ».

 

« L’idée de ce projet est né d’un constat déplorable du niveau de vie dans mon pays le Burkina Faso. Plus de 80% de la population pratique l’agriculture, mais ne parvient pas à satisfaire les 20%. Cela est du à la pratique qui est restée archaïque. Le Burkina Faso possède des terres fertiles mais les paysans n’en profitent pas pour faute de moyens financiers.

 

C’est pourquoi j’ai pensé à ce projet afin de relever le niveau de mécanisation de notre agriculture et accroître les rendements. Pour cela,je suis parti d’un fait triste et réel à savoir : le paysan n’a que la terre et rien de plus. Alors que moi, j’ai tout (engrais, tracteurs, semences amélioré, l’eau et le savoir) sauf la terre. Je décide donc de repartir au système de troc. Avec les atouts que je possède, je multiplierai le rendement du paysan par 20 et je gagnerai une partie de sa récolte », raconte-t-il.

 

Vos produits et services :

 

Les produits sont le matériel agricole : tracteurs, semences, engrais, etc… et les services sont l’exploitation des champs, cultures, supervision, conseils techniques et emprunts.

 

Vos facteurs de réussite :

 

La pauvreté des paysans, l’absence de concurrence, le soutien de l’Etat

 

Vos facteurs différenciants et disruptifs par rapport à l’existant :

 

Contrairement aux banques et autres institutions financières, mon entreprise ne donne pas de l’argent et ne prends pas de l’argent. Mes services sont remboursés en nature.

 

Votre business model :

 

En fonction de la taille du champs, le pourcentage qui revient à mon entreprise varie. Plus le champs est vaste plus le pourcentage est élevé. Cette part varie dans l’intervalle de 10% à 40%. Mon entreprise revend ces biens sur le marché national et international en fonction de la variation des prix du produits pour obtenir de l’argent.

 

startup.info

Annonces

NewsLetter

Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter



Nos partenaires