Comment je suis devenu heureux : retour sur quatre années d’entrepreneuriat

“ Il est déjà 6h04, je t’attends devant la salle de sport, qu’est-ce que tu fous ? ” Quand j’ai commencé à découvrir le monde entrepreneurial, le même conseil revenait à chaque fois: travaille beaucoup. Sans compter. Parce que c’est la seule façon de réussir.

J’avais un ami qui prenait ce conseil à cœur, et l’on se réveillait mutuellement pour être certains de ne jamais dormir après 6h. Parce que si tu n’es pas debout à 6h, c’est qu’au fond, tu n’as pas vraiment envie de réussir. Les entrepreneurs aiment expliquer à quel point ils travaillent. Beaucoup se vantent sur les réseaux sociaux de ne dormir que quelques heures, ou de ne pas avoir le temps de prendre de repas.

Alors j’ai pensé qu’en effet, si la plupart des réussites ont commencé à 6h du matin, j’allais le faire à mon tour. Quitte à prendre le risque de jouer à la startup, autant le faire au maximum. #licorne. Les vidéos de motivation qui fleurissent sur Youtube accompagnaient mon petit-déjeuner. Avec des citations de motivation sur fond de building à New York. 

tribune entrepreneurs

Hélicoptère + Mer + Building design, tout le “succès” y est :)

Mes potes se marraient en m’expliquant que j’avais simplement l’impression de faire les bonnes choses parce que le réveil sonnait à 6h, mais que ça ne changeait rien à ma productivité, ni à mon business.

Mais moi, je me disais que l’on verrait bien le résultat dans quelques années. Pire, je pensais qu’il fallait toujours faire plus, se lever toujours plus tôt, week-end compris. Parce qu’il ne faut pas perdre le rythme. Je n’étais pas vraiment aligné avec mes valeurs, mais je me forçais à suivre un chemin qui semblait être le seul qui puisse te rendre Successful™.

Et puis j’ai rencontré des digital nomades et découvert les entreprises qui proposent de concilier vie professionnelle et personnelle. Je me suis demandé s’il y avait quelque chose que je n’avais pas compris.

En fait, ce que je n’avais pas compris, c’est que la plupart des conseils sur l’entrepreneuriat sont biaisés. Parce qu’il repose sur l’idée que le succès se définit par la valorisation. Une boite qui fait des millions. Des milliards. Et valoriser encore plus. Et que l’on ne montre pas qu’il y a d’autres façons d’entreprendre.

J’avais la sensation que ce mode de vie n’était pas épanouissant, et que la liberté que je recherchais n’était pas au rendez-vous. J’ai récemment discuté ave Michael Pinatton qui m’expliquait que la création de sa startup l’avait emprisonnée.

Il avait commencé à embaucher et devait gérer ses employés, se rendre au bureau tous les matins. La liberté qu’il pensait se créer s’était transformée en prison pour lui. La façon d’appréhender la vie professionnelle chez les digital nomades paraissait plus en adéquation avec ce que je ressentais vraiment. Avec un travail qui s’adapte à sa vie, et non plus adapter sa vie aux horaires de travail. Et ça, ça change tout, parce que l’on travaille quand on est vraiment productif, quand on a envie de travailler.

Mais il y avait encore ce dilemme :

  1. Laisser son business dévorer sa vie pour être incroyablement successful
  2. Avoir une vie équilibrée mais être relégué dans la catégorie de ceux qui essayent de survivre avec leur business.

Le premier ne m’attirait plus mais le second n’était pas attirant… Puis j’ai fait la découverte des lifestyle business. Ces boîtes qui encouragent une culture low stress, où les équipes sont libres de travailler depuis le lieu où elles se sentent le mieux. Mais aussi proposer de déconnecter régulièrement pour mieux recharger. #WorkLifeBalance.

Lifestyle business: une nouvelle façon de voir le travail

Le lifestyle business propose d’allier les deux. Être en capacité de faire un bon travail, tout en gardant une vie équilibrée.

 You can work hard on your lifestyle business and still have time for taking flying lessons, learning to play the guitar, nurture your garden, socialize with people outside your tech circle 

David Heinemeier Hansson, cofondateur de Basecamp

Comme le répète inlassablement Idriss Aberkane dans son Ted Talk, toute idée révolutionnaire passe par trois étapes :

  1. Ridicule
  2. Dangereux
  3. Evident

Que ce soit le vote des femmes, l’ordinateur personnel ou le téléphone “smart”, ces idées sont toutes passées par ces 3 étapes.

Il y a quelques temps, Marissa Mayer, CEO de Yahoo, rappelait l’ensemble de ses salariés au bureau, après avoir essayé le travail à distance. En effet, travailler à distance n’est plus ridicule, puisque Yahoo a essayé, mais c’est dangereux. Former une équipe soudée implique nécessairement d’être au même endroit, tous ensemble. Pour le moment.

C’est aussi ce que pensent les managers chez IBM, puisqu’ils ont pris la même décision. Il semblerait que l’idée du travail à distance et la fin du bureau en soit au stade 2. Mais la révolution vient souvent des petits poucets, rarement des grosses boites :)

Le Lifestyle Business, révolution au travail

Et quand Matthew Mullenweg a créé WordPress en 2005, personne n’y croyait vraiment. Une startup qui n’avait pas de business model, avec aucun bureau et des employés partout sur la planète. Et pourtant. WordPress est utilisé par 27% des sites internet dans le monde, soit environ 331 millions de sites internet.

Et ce succès a donné des idées à d’autres boîtes ! Zapier, Buffer, Aha!, Todoist, Toggl, Hotjar. Tous ces noms sont plus ou moins familiers, et ce sont toutes des entreprises qui suivent des valeurs simples et communes.

La suite sur https://www.maddyness.com/entrepreneurs/2017/08/21/tribune-retour-sur-qu...

Annonces

NewsLetter

Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter



Nos partenaires