La Plateforme Mobile TINDA Facilite Les Transactions En Ville Et En Campagne Au Congo''

En matière de mobile banking, l’Afrique, avec le modèle M-Pesa montre la voie au monde. Et sur tout le continent, des solutions de paiements mobiles se créent régulièrement pour permettre notamment aux populations très peu bancarisées d’avoir accès à des services grâce au développement fulgurant des télécommunications mobiles depuis une vingtaine d’années.

 

Au Congo-Brazzaville aussi, les Technologies de l’Information et des communications font leur chemin, et dans le cadre de l’Initiative Congo Tech 25, la Fondation Bantuhub a récemment sélectionné 4 startups dans le cadre du programme Silicon Congo, qui bénéficieront d’un accompagnement pour accélérer le démarrage de leur entreprise.

 

Parmi ces quatre startups, il y a Tinda, une plateforme de mobile banking créée par  Laud Obami, né et résident à Brazzaville. Ingénieur en informatique de formation, web développeur de profession, ayant développé plusieurs applications web pour des entreprises, il  a bien voulu répondre à nos questions autour entre autre de TINDA, qui signifie en lingala ‘envoi’ ou ‘transfert’.

 

afrotechmag: Vous avez récemment été choisi par le Comité de sélection du Programme Silicon Congo pour un projet de plateforme de mobile banking et de facilitation de transactions bancaires. Qu’est ce qui vous a amené à présenter votre candidature et  que signifie votre sélection dans cette cohorte pionnière de l’Initiative Tech25 ?

 

Laud Obami : Le Programme Silicon Congo est un programme d’accélération de startups. Lorsque nous  avons été informés du lancement de ce programme, nous avons sauté sur l’occasion pour présenter notre candidature. Dès le départ, nous étions sûrs et certains que notre application retiendrait l’intérêt des membres du Comité de sélection.  Notre projet se donne pour objectif de relever le taux de bancarisation dans le territoire congolais, dans la sous région, et, de faciliter les transactions financières par le moyen du mobile. Je ne vous apprends pas que le taux de pénétration du mobile, aujourd’hui est très élevé, peut être utilisé comme un levier da bancarisation. Notre équipe est contente de cette reconnaissance du Comité de sélection. Nous allons pouvoir bénéficier du programme mis en place pour notre accélération. Une jeune entreprise a généralement besoin d’un coup de pouce, que ce soit en termes de coaching, de mentorat, de formation à l’entrepreneuriat, et, de pitchs.

 

afrotechmag: C’est quoi la plateforme de mobile banking TINDA, et, comment fonctionne-t-elle ?

Laud Obami : La plateforme est déjà opérationnelle. Il s’agit d’utiliser le mobile pour effectuer des opérations de transferts d’argent et de paiements. A priori, toute personne ayant un téléphone pourra effectuer un transfert d’argent ou payer un bien ou un service, en utilisant notre plateforme, à partir de n’importe quelle localité.

 

afrotechmag: Et pourquoi et de quelle manière pensez-vous qu’une telle solution/application électronique serait-elle utile à votre clientèle cible ?

Laud Obami : Les populations éloignées des centres urbains sont généralement  oubliées des institutions financières, une solution comme la notre présente l’atout de faciliter les transactions en ville comme dans la campagne, pourvu qu’on soit en possession d’un mobile. Le mobile est aujourd’hui accessible à tout le monde. Cette plateforme permettrait à tout individu de faire son transfert d’argent, en étant chez soi ou n’importe où, et en ne se servant que de son mobile. 

 

afrotechmag:   De manière générale, quel est votre point de vue sur la situation des Technologies de l’Information et de la Communication dans votre pays, le Congo ?

Laud Obami : Le chemin est encore long, mais nous croyons que le Congo pourra devenir une terre de technologies d’ici l’an 2025, si la volonté politique accompagne des actions comme celles menées par la Fondation BantuHub, qui met en œuvre un programme comme Silicon Congo. Chacun devra y mettre du sien pour que l’émergence attendue sur le plan technologique, soit une réalité. Notre pierre à l’édifice est le projet que nous avons conçu. Nous osons croire que d’autres jeunes concevront des applications utiles pour notre pays, notre sous région et notre continent. J’ai foi que nous deviendrons une grande nation technologique, dans quelques années.

 

afrotechmag: Quelle est la suite du programme à court terme et à moyen terme pour le développement de votre projet dans le cadre du Programme d’accélération Silicon Congo ?

Laud Obami : Nous connaissons notre mentor depuis le début de la formation de l’accélération de notre projet. C’est un chef d’entreprise dans le domaine des finances. Il nous apportera non seulement son expertise dans ce domaine, mais aussi son expérience de chef d’entreprise. Le reste du programme se compose de formations dans le domaine du coaching, du développement personnel, des propositions de valeur, de la relation client, du business model, du choix des collaborateurs pour constituer une équipe cohérente, du flux de revenus, des pitchs sessions pour acquérir une certaine habileté à présenter notre projet devant les investisseurs.

 

 

retrouver L'interview sur http://afrotechmag.com/?q=fr/aeseaux-sociaux/laud-obami-la-plateforme-mo...



Nos partenaires