Cameroun : Baba Ahmadou Danpullo, un milliardaire si discret

C’est l’homme le plus riche du pays. Surnommé « le roi du thé », Baba Danpullo vit loin des ors du Palais – mais en bonne intelligence avec lui. Le leitmotiv de ce Peul anglophone : « Les affaires n’aiment pas le bruit. »

L’homme qui vaut plusieurs centaines de milliards de F CFA n’aime pas les journalistes. Baba Ahmadou, dit Baba Danpullo (fils de Peul), est parvenu à les tenir à bonne distance jusqu’à ce que le classement de la version africaine du magazine Forbes le présente comme la première fortune d’Afrique francophone. C’était en 2015. Brutalement placé sous les feux des projecteurs, il s’est résigné à les recevoir pour faire bonne figure. On l’a alors découvert méfiant, balbutiant les quelques éléments de langage mis à sa disposition par ses collaborateurs.

En retrait

Comme s’il hésitait à ouvrir davantage les portes de son intimité, celui que le Cameroun surnomme « le roi du thé » reçoit dans l’antichambre de son ranch aux allures de château victorien, situé dans son village de Ndawara, dans le Nord-Ouest anglophone. Loin de Yaoundé et de ses intrigues de cour – dont il n’ignore rien puisqu’il est propriétaire d’une chaîne de télévision, DBS, et qu’il s’adonne quotidiennement à la lecture des journaux –, il semble vouloir garder pour lui son histoire de self-made-man parti de rien pour devenir l’homme d’affaires le plus fortuné du pays.

Une classe dominante traditionnellement réunie par familles

Son ascension a bousculé la hiérarchie des vieilles fortunes camerounaises. Avant lui, le gotha des milliardaires répertoriait des personnalités issues d’une bourgeoisie traditionnelle qui lui était étrangère. Dans les années 1960-1970, des notabilités communautaires avaient été les premières à s’enrichir, à l’instar de Paul Soppo Priso, politicien reconverti dans les affaires après le départ des colons, qui construisit pierre par pierre un empire immobilier.

Dans les années 1980, des groupes familiaux bamilékés, fondés par Victor Fotso ou Joseph Kadji, se sont développés dans le commerce avant de se diversifier dans l’industrie, l’agroalimentaire, la banque et les services. Puis la fulgurante ascension du mathématicien James Onobiono, grâce à l’électroménager et à l’industrie de la cigarette, a marqué les années 1990.

 

 

Une fortune issue du commerce

Pendant ce temps, faisant profil bas, des commerçants peuls ont accumulé des richesses considérables : moins glamour, souvent moins éduqués mais tout aussi prospères, ils se sont construits à l’ombre des fortunes médiatiques. Fadil Abdoulaye Hassoumi a régné sur la distribution de savons et de détergents, tandis que Mohamadou Abbo Ousmanou s’est enrichi dans l’import-export.

La montée du péril sécessionniste est mauvaise pour ses affaires

Baba Danpullo, qui a quitté l’école avant le collège, appartient à cette catégorie-là : ceux qui se tiennent loin de la politique et des salons mondains, où ils sont regardés de haut, mais que l’on apprécie pour leur célérité quand il s’agit de mettre la main à la poche afin de financer le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir).

À 65 ans, ce musulman qui cultive l’allure simple du commerçant en habit traditionnel préfère vivre dans son domaine niché au sein de ses 5 000 ha de plantations de thé. Pas seulement parce que l’agro-industrie est le cœur de ses activités, mais aussi pour respirer l’air frais de cette campagne au relief spectaculaire – un alignement quasi continu de hautes terres qui s’étendent du mont Cameroun jusqu’aux monts Mandara – et pour profiter du calme de sa campagne natale. « Les affaires n’aiment pas le bruit », estime-t-il.

Lire la suite sur http://www.jeuneafrique.com/mag/386932/economie/cameroun-baba-ahmadou-da...

Annonces

NewsLetter

Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter



Nos partenaires