Ces patrons autodidactes qui ont réussi sans diplôme

Créer sa boîte, réussir et devenir un patron à succès tel est le rêve de tout jeune entrepreneur. La société française, qui porte exagérément attention aux diplômes, a tendance à croire que tous les grands patrons sont issus des meilleures écoles et universités. 

Pourtant le centre des jeunes dirigeants recense 25,2% de niveau bac et moins au sein de ses adhérents. Ces autodidactes se retrouvent dans toutes les catégories d’entreprises y compris les plus prestigieuses. Le Harvard Business School Club de France et le groupe Mazars, remettront au printemps prochain le 27ème trophée annuel des « victoires des Autodidactes". Depuis 1989 ce prix honore un patron autodidacte pour son parcours et sa contribution à l’entreprenariat français. Son palmarès est éloquent et peut parfois surprendre ! Focus sur ces patrons qui montrent la voie aux sans diplôme.

Pas de diplôme mais l’amour du métier et l’irrésistible envie de réussir !

De Alain Afflelou, l’opticien le plus célèbre de France, à Philippe Ginestet, président fondateur de GIFI, en passant par Xavier Niel, vice-président d'Iliad, maison mère de Free, la France compte une myriade de grands entrepreneurs non diplômés. Ils apportent la preuve concrète que le diplôme n’est pas un préalable absolu à la réussite. Le lauréat primé en 2015, Philippe Ginestet, président-Fondateur du Groupe GIFI, aujourd’hui à la tête de 4800 salariés et de 423 magasins en France et à l’étranger rappelait lors d’une interview accordée aux échos en décembre dernier l’importance du goût de l’effort, de l’amour de la vente, du contact avec le client et par-dessus tout de l’envie de réussir. Un constat appuyé par une étude de 2010 de l’INSEE qui relevait que seuls 39,9% des hommes et 51% des femmes entrepreneurs ont un diplôme supérieur au baccalauréat.

Ils ont percé malgré l’obsession française du diplôme !

La France se distingue néanmoins par une véritable obsession du diplôme. Le bac est sacralisé autant par les parents d’élèves que les recruteurs. Stéphane Couchaure, consultant en management et auteur des « Secrets d’autodidactes » (Eyrolles, septembre 2012) constate que l’absence de bac ferme de nombreuses portes alors qu’il n’est pas vraiment indispensable professionnellement. Cette obsession du diplôme est typiquement française. L’Amérique privilégie, elle, le modèle du self-made-man. Seuls 10% des patrons américains ont un diplôme universitaire ! Une statistique qui fait vivre le rêve américain et qui incite outre-Atlantique de nombreux jeunes à se jeter dans l’aventure entrepreneuriale avec pour seul bagage celui de leur confiance en eux-mêmes.

Internet a favorisé l’émergence d’une génération autodidacte

La numérisation de la société a permis l’émergence d’entrepreneurs du digital. Ces hommes et femmes se sont alors formés sur le tas, il n’existait aucune école spécialisée, et ils ont forgé l’e-éconnomie que l’on connait aujourd’hui. Xavier Niel, dirigeant historique du Groupe Iliad et donc de Free, est emblématique de cette génération. Dès 1983, à l’âge de 17 ans, il pressent le potentiel du Minitel et devient grâce à cette outil, millionnaire à 24 ans. Alexandre Dreyfus, fonde à 18 ans, sans bac, sa propre société de création de sites Internet, Médiartis, qui sera rachetée par Publicis en 1998. Pionnier de la Net économie, Alexandre Dreyfus a compris au bon moment que l’avenir se jouait sur la toile et pas forcément sur les bancs du lycée!

la suite sur http://www.dynamique-mag.com/article/patrons-autodidactes-reussi-sans-di...

Annonces

NewsLetter

Newsletter

Inscrivez vous à la Newsletter



Nos partenaires